A Travellerspoint blog

Entries about french

De Ko Lanta à Ko Tao, petite visite des îles Thaïlandaises


View Around The World on manolo84's travel map.

Et un article en français de plus!
Je voulais à l'origine combiner ma visite des îles avec mes photos et aventures odysséennes sous la mer mais je pense que j'ai assez de contenu et surtout trop de photos pour ne faire qu'un seul article...

De Bangkok donc, je pris donc le bus de nuit qui me fit arriver au petit matin, après environ 14h de bus, 3h d'attente et 30 min de ferry, sur Ko Lanta, l'île dont forcément tout le monde a entendu parler en France, du fait du jeu télévisé. Mais Ko Lanta est en fait composé de plusieurs îles, certaines plus grandes que d'autres et l'île principale sur laquelle je me suis trouvé est en fait appelée Ko Lanta Yai et j’eus bon chercher mais je ne vis point de caméras de TF1 nul part dans l'île ou aux alentours...

La raison principale qui me faisait venir sur Ko Lanta était donc comme mentionné plus haut, de pouvoir faire de la plongée dans l'un des meilleurs endroits au monde (pas le moins cher non plus par contre). En effet même si le golfe de Thaïlande (Sud-Est de la Thaïlande, voire la carte) est réputé pour ses certifications de plongées à prix très abordables, le côté Ouest de la Thaïlande, coté mer d'Andaman, possède les plus beaux spots de plongée et il n'est pas rare de croiser raies-manta et autres requins-baleine...

Mais entre deux plongées, je pris donc le temps de visiter ces îles que je ne qualifierai pas de paradisiaques car le développement du tourisme de masse en Thaïlande (avec tous ses bons et mauvais côtés) a fait un peu perdre le charme et caractère unique de ces îles je pense, mais c'est quand même bien sympa: le soleil est au rendez-vous, les plages de sable blanc aussi pour peu que l'on s'éloigne quelque peu des sentiers battus et surtout la mer est chaude, atteignant facilement les 30 degrés.

De plus certaines de ces îles sont aussi connues pour leurs apparitions dans des films tels que La Plage (avec Di Caprio) ou encore un des anciens James Bond (L'Homme au pistolet d'or) et même si les excursions vers ces îles étaient vraiment trop touristiques à mon gout, cela n’empêche pas moins que ces sites sont de toute beauté et ont été choisis pour de bonnes raisons.

Bref, je conclurai en vous disant que sur les îles de Thaïlande, il y en a vraiment pour tous les goûts, que vous soyez à la recherche d'un coin isolé pour pouvoir vous reposer à l'ombre des cocotiers, que vous ayez envie de visiter toutes les îles dont vous avez entendu parler à la télé ou dans les magazines, que vous soyez ici pour faire la fête non-stop avec la Full Moon party par exemple ou encore que vous désiriez cocher de votre liste de plongée la Thaïlande et ses eaux turquoises, le choix est vôtre!

Bateau de plongée près de  Ko Ha

Bateau de plongée près de Ko Ha


Drapeau Thaïlandais avec l'archipel de Ko Ha en fond

Drapeau Thaïlandais avec l'archipel de Ko Ha en fond


Un bébé éléphant sur Ko Lanta, ici en Thaïlande les éléphants sont souvent maltraités pour des fins touristiques donc une certaine éthique recommande de ne pas faire d'excursions à dos d'éléphant

Un bébé éléphant sur Ko Lanta, ici en Thaïlande les éléphants sont souvent maltraités pour des fins touristiques donc une certaine éthique recommande de ne pas faire d'excursions à dos d'éléphant


Le phare de Ko Lanta

Le phare de Ko Lanta


Coucher de soleil sur la jungle, Ko Lanta

Coucher de soleil sur la jungle, Ko Lanta


Toujours Ko Lanta

Toujours Ko Lanta


Ko Lanta

Ko Lanta


Ile au large de Ko Phi Phi

Ile au large de Ko Phi Phi


Ko Phi Phi Leh, qui a servi pour le tournage de "La Plage"

Ko Phi Phi Leh, qui a servi pour le tournage de "La Plage"


Ko Phi Phi Leh

Ko Phi Phi Leh


Maya bay, où "La Plage" fut tourné. On réalise alors que l'équipe de tournage avait bien fait en sorte de ne choisir que certains angles de vue car la baie est beaucoup moins "enfermée" en vrai qu'elle ne le paraît dans le film.

Maya bay, où "La Plage" fut tourné. On réalise alors que l'équipe de tournage avait bien fait en sorte de ne choisir que certains angles de vue car la baie est beaucoup moins "enfermée" en vrai qu'elle ne le paraît dans le film.


Maya Bay, Ko Phi Phi Leh

Maya Bay, Ko Phi Phi Leh


large_Koh_Phi_Phi__80_.jpg
Ko Phi Phi

Ko Phi Phi


Coucher de soleil sur Ko Phi Phi

Coucher de soleil sur Ko Phi Phi


Les îles de Phan Nga Bay

Les îles de Phan Nga Bay


Phan Nga Bay

Phan Nga Bay


La fameuse îles de James Bond à Phan Nga Bay

La fameuse îles de James Bond à Phan Nga Bay


Coucher de soleil sur Phuket

Coucher de soleil sur Phuket


large_Phuket__8_.jpg
Le Bouddha géant sur Phuket

Le Bouddha géant sur Phuket


large_Phuket__24_.jpg
Coucher de soleil sur Ko Tao, golfe de Thaïlande

Coucher de soleil sur Ko Tao, golfe de Thaïlande

Posted by manolo84 03:59 Archived in Thailand Tagged sunsets_and_sunrises beaches boats islands diving jungle french Comments (0)

Randonnées en Nouvelle-Zélande

Tramping in New-Zealand


View Around The World on manolo84's travel map.

Je voulais à l'origine écrire des articles séparés pour chaque grande randonnée que j'ai faite en Nouvelle-Zélande mais avec le retard pris sur le blog je pense qu'il est plus avisé de condenser un petit peu... :)

New_Zealand_relief_map.jpg

  • Tongariro Alpine Crossing

Après donc ce superbe parcours sur la rivière Whanganui, je suis resté quelque jours autour du Nouvel An dans un village appelé National Park. Village très tranquille entouré des chaines volcaniques Tongariro, Ruapehu et Ngauruhoe. Je parlais des "9 Grandes Randonnées" de Nouvelle-Zélande dans un article précédent, et bien ici il est possible de faire une randonnée d'une journée (environ 6 heures de marche), appelée Tongariro Alpine Crossing (la traversée alpine du Tongariro). Le chemin nous fait passer à travers la chaine volcanique du Mont Tongariro avec une option pour aller au sommet du Mont Ngauruhoe (celui-là même qui a servi de modèle pour le Mont Doom du Seigneur des Anneaux). Les paysages sont splendides, les couleurs magnifiques (on peut clairement voir les anciennes coulées de lave), bref on a vraiment l'impression d’être dans un autre monde...
Le seul point négatif fut la présence de milliers de randonneurs sur le même chemin qui donne vraiment des airs d'autoroute à ce trek. On ne se refait pas, j'aime la randonnée quand je suis le seul ou presque sur les chemins. Pour cette raison je donnerais à ce trek un 9/10 quant à sa beauté, mais la présence de touristes du dimanche le fait descendre a un misérable 2/10. Vraiment trop de monde à mon goût...

Le chemin suivi cette journée

Le chemin suivi cette journée


Mont Ngauruhoe / Mont Doom

Mont Ngauruhoe / Mont Doom


Admirez ce paysage lunaire où rien ne pousse

Admirez ce paysage lunaire où rien ne pousse


Quelles couleurs!

Quelles couleurs!


large_Tongariro_Crossing__33_.jpg
Une ancienne cheminée / coulée de lave

Une ancienne cheminée / coulée de lave


Beaucoup de monde sur le chemin... <img class='img' src='https://tp.daa.ms/img/emoticons/icon_sad.gif' width='15' height='15' alt=':(' title='' />

Beaucoup de monde sur le chemin... :(


Lac volcanique

Lac volcanique


En gros "faites pas les cons et allez pas vous faire explosez la figure!"

En gros "faites pas les cons et allez pas vous faire explosez la figure!"


L'activité volcanique est encore intense...

L'activité volcanique est encore intense...

  • Gertrude Saddle's hike

Dans les Fjordlands, cette région au sud-ouest de la Nouvelle-Zelande, se trouve le Milford Sound, magnifique fjord qui attire chaque année de nombreux touristes qui viennent admirer les cascades qui se jette dans le fjord, ou bien encore les chaines de montagne environnantes. Du coup, un des treks les plus populaires en Nouvelle-Zelande est le Milford Track, randonnées de quelques jours finissant sur le Milford Sound, mais malheureusement les permis de trek sont limités et pour celui-ci il faut même réserver plusieurs mois à l'avance! Il me fallu donc trouver un plan B pour admirer ces somptueux paysages sans avoir besoin de réserver quoique ce soit.

Alors que mes amis avaient décidé de passer la journée en kayak dans le fjord lui-même, je me fis déposer à l’entrée du fjord, dans une vallée adjacente, et entrepris de faire une randonnée assez difficile appelée The Gertrude Saddle's Hike (La randonnée de la selle de Gertrude, ça fait moins classe en français je l'avoue) dont le nom vient du fait qu'une fois en haut, on se retrouve dans un col faisant vraiment penser à une selle de cheval car entre deux vallées, avec une vue magnifique sur le Milford Sound. Par contre cette randonnée intense (3 heures de montée raide qui parfois est à la limite de l'escalade) ne peut se faire que lorsque les conditions météorologiques sont réunies: s'il pleut ou neige, les rochers deviennent glissants et dangereux et jusqu’à la toute fin de l'hiver, les avalanches sont très nombreuses... Mais bon au moins j'étais sûr de ne pas me retrouver avec des millions d'autres randonneurs!
Et je ne fus pas déçu, cette rando fut sûrement une des plus belles que j'ai jamais faite! (une des plus dures aussi)

Bon bah c'est parti pour le sommet!

Bon bah c'est parti pour le sommet!


Hum.. au moins ils annoncent la couleur d'entrée de jeu!

Hum.. au moins ils annoncent la couleur d'entrée de jeu!


Même pas peur! <img class='img' src='https://tp.daa.ms/img/emoticons/icon_smile.gif' width='15' height='15' alt=':)' title='' />

Même pas peur! :)


Superbes cascades tout au long du parcours

Superbes cascades tout au long du parcours


La vue du sommet sur ce que je viens de monter

La vue du sommet sur ce que je viens de monter


La vue de l'autre coté, avec le Milford Sound (la tâche bleue) au fond

La vue de l'autre coté, avec le Milford Sound (la tâche bleue) au fond

  • Mueller's Hut Hike

Enfin, la dernière grosse randonnée que je fis en solo fut celle du refuge Mueller, près de la plus haute montagne de Nouvelle-Zélande, Mont Cook (3,724m). Cette fois je voulus tenter de passer la nuit en altitude pour pouvoir profiter des coucher et lever de soleil. La montée fut assez difficile, un peu comme la précédente même si cette fois le chemin était bien tracé mais de même, les vues au sommet furent splendides. Je pus même avoir la chance d'assister à des avalanches en continu car la montagne en face du refuge perd ses glaces tous les jours et cela crée de mini-avalanches qui font un bruit du tonnerre de dieu! Le coucher de soleil fut splendide avec des jolies couleurs rougeâtres mais malheureusement, il ne me fus pas possible de prendre des photos des étoiles ou du lever de soleil car les nuages s’invitèrent dans le ciel...

Le départ du trek, avec vue sur Mont Cook

Le départ du trek, avec vue sur Mont Cook


Le refuge est en vue, avec des passages assez techniques à travers des névés

Le refuge est en vue, avec des passages assez techniques à travers des névés


large_Mueller_Hut_s_hike__26_.jpg
large_Mueller_Hut_s_hike__37_.jpg
Le soleil disparait...

Le soleil disparait...


Mais fait apparaitre également de superbes couleurs sur Mont Cook...

Mais fait apparaitre également de superbes couleurs sur Mont Cook...


La nuit d'apres (au village) etant clair, je sortis le tripod pour capturer ce paysage étoilé

La nuit d'apres (au village) etant clair, je sortis le tripod pour capturer ce paysage étoilé


large_Mont_Cook_by_night__4_.jpg

Posted by manolo84 01:52 Archived in New Zealand Tagged waterfalls mountains volcanoes french treks Comments (0)

Six mois plus tard, petit bilan de voyage...

English version of this post available here.

Le temps est maintenant venu de jeter un coup d’œil sur ces derniers 6 mois (et demi) car c'est maintenant la fin de mon voyage en Amérique Latine... :( Franchement, je n'arrive toujours pas à croire que cela fait déjà 6 mois que je quittais Paris en ce matin gris et pluvieux. Le temps passe si vite...

En 6 mois, j'ai donc parcouru plus de 14 000 kilomètres (sans compter l'avion) et visité 13 pays différents, parfois juste en les traversant très rapidement, mais parfois en y restant plus d'un mois. A l'exception du Bélize, tous sont des pays hispanophones mais malheureusement je dois avouer que je ne parle toujours pas l'espagnol couramment, même si je peux maintenant me targuer de pouvoir tenir une conversation basique (c'est déjà ça). Il est sûr en tout cas que le fait de maitriser le français me facilita les choses (surtout quand je compare avec mes amis anglophones), français et espagnol étant assez proches.

J'aurais sans-doute aussi dû l’écrire plus tôt mais par le biais de cet article je voulais remercier toutes les personnes rencontrées durant ces derniers mois, ami(e)s de quelques heures ou pour certain(e)s, ami(e)s pour la vie. Quelques amis en France me demandaient avant que je ne parte à l'aventure si je n’étais pas un peu effrayé de partir tout seul, et bien sûr que je l’étais quelque peu. Mais je dois dire que je ne me suis rarement senti seul durant ces derniers 6 mois. Voyager seul ne vous force pas seulement à vous ouvrir à toutes sortes de voyageurs rencontrés sur la route, mais aussi à interagir avec les habitants locaux et ce dernier point est sûrement la chose la plus importante pour un voyageur. Parler la langue locale rend votre voyage totalement différent et j'aurais aimé pouvoir communiquer encore plus en espagnol dès le début mais je suis sûr que je reviendrai un jour... J'ai n'ai seulement fait qu'effleurer la surface de l’Amérique Centrale et du Sud et il y a encore tant à découvrir!

Donc merci à tous!! :) Je suis tellement reconnaissant de toutes les expériences et moments partagés ensemble et espérons que nous puissions garder contact dans le futur.

Je voulais aussi revenir sur quelques paroles que j'ai entendu plusieurs fois durant cette première partie de voyage. En effet certains voyageurs se plaignaient du fait que beaucoup de leurs "interactions" qu'ils avaient avec d'autres durant leur périple étaient pour la plupart "superficielles", car étant des rencontres de quelques heures ou de quelques jours, avant que chacun ne continue vers un endroit différent. Bien que cela ne soit en partie vrai, je ne qualifierais pas ces amitiés de "superficielles". Bien sûr qu'il est impossible de garder contact avec la centaine de personnes que vous allez rencontrer durant un long voyage. Même aujourd'hui avec l'aide des réseaux sociaux, il est impossible d'envoyer un message régulièrement à tous ses contacts, mais personne n'attend aussi de vous que vous le fassiez. Qualifier ces relations de superficielles c'est aussi nier un point important je pense. Le fait que tout le monde puisse vous enseigner quelque chose (directement ou indirectement) et que vous ne saurez jamais exactement quoi avant de faire ces rencontres.

Tout au long de mon parcours j'ai rencontré tant de personnes qui ont partagé leurs histoires avec moi, que j'ai en fait plus appris en 6 mois à propos des différentes cultures du monde que durant mes dernières 29 années. Et en voyageant il n'y a aussi plus cette "pression sociale" qui vous fait vous comporter de la manière dont tout le monde (famille, amis, collègues, etc...) attend de vous, ce qui fait que vous pouvez vraiment être vous même sans avoir à plaire à tout le monde autour de vous. Par ceci je ne veux pas dire que chez vous, tout le monde est un peu "faux" mais vous voyez ce que je veux dire, il y a des conventions sociales qui vous font parfois agir d'une façon que vous ne voudriez pas, qui pourraient vous empêcher de dire tout ce que vous voudriez (au boulot, dans vos cercles d'amis, etc..). Et en se libérant de ce carcan social vous réalisez en fait qui vous êtes vraiment, ce que vous aimez vraiment, ce que vous n'aimez pas, et plus encore... En d'autres termes vous vous découvrez vraiment (ce qui est aussi pour moi une des raisons de voyager).

D'un coté vous êtes plus égoïste mais d'une bonne manière si je peux m'exprimer ainsi. D'un autre coté vous devez aussi garder à l'esprit qu'il est possible d'apprendre de tout le monde, et même de certaines personnes dont vous ne vous attendriez pas (c'est d'ailleurs probablement de ces personnes-là que vous pourriez être le plus surpris). Et inversement, il est aussi plus que probable que beaucoup de monde apprendra de vous et de vos expériences, aucun doute sur ce point-là.

Tout cela pour dire que voyager est avant tout partager, s'ouvrir au monde et aux autres. De ne pas juger les apparences. Et comme souvent dans la vie, les meilleures choses et expériences arrivent quand on s'y attend le moins...

Pour finir cet article, voici quelques statistiques à propos de ces 6 mois passés sur la route:

large_statistics.png

Posted by manolo84 15:51 Archived in Chile Tagged french review Comments (0)

Sur la route de Panama


View Around The World on manolo84's travel map.

Après avoir donc fait mumuse avec les petits poissons, fin août approchant, je décidais de me diriger vers Panama le plus rapidement possible afin de pouvoir passer assez de temps plus tard en Amérique du Sud. Malheureusement cela me contraignait à ne pas visiter des pays comme le Nicaragua ou le Costa Rica, mais bon même un an est vraiment trop court pour parcourir le monde et il y a de durs choix à faire de temps en temps. Ce sera pour un prochain voyage....

66D78AE92219AC6817D55BDFE465BCC1.jpg

Repartant d'Utila, il me fallut donc 4 jours complets de bus pour rejoindre Panama City pour la modique somme de 100$ US. Enfin quand je dis "complets", cela n'inclut pas les nuits et je passais donc une nuit à San Pedro Sula (Honduras) avant de prendre le bus, plus une nuit dans la capitale du Nicaragua (Managua) et enfin une autre à San José (Costa Rica) avant d'atteindre le jour d’après Panama City.

Donc vous l'aurez compris, 4 jours bien fatiguants car il est quasi-impossible de dormir correctement, assis dans des bus plus ou moins confortables, avec la climatisation réglée au maximum, et chaque journée comprenant le passage d'une frontière pour passer d'un pays à un autre. D'ailleurs c'est vraiment les moments les plus ch**** du voyage, quand il te faut faire la queue pour faire tamponner ton passeport pour sortir du pays où tu te trouves, puis faire de même 50 mètres plus loin de l'autre coté pour entrer dans l'autre pays, et enfin se faire fouiller son sac pour que les douanes soient sûres que tu ne transportes pas d'armes, de drogues ou autre chose d’illégal.
De plus à chaque frontière vous vous trouvez toujours confrontés dès la descente du bus à une horde de locaux voulant vous vendre tout et n'importe quoi et voulant essayer de vous échanger la monnaie du pays d’où vous venez pour celui où vous allez pour un taux de change assez bas... Bref, c'est loin d’être un moment agréable...

Carte de l'itinéraire suivi, à partir du Honduras

Carte de l'itinéraire suivi, à partir du Honduras

Enfin le passage Honduras-Nicaragua et Nicaragua-Costa Rica se passèrent plutôt bien mais comme disent les anglais, il y a toujours un moment où "the shit hits the fan" (comprenez: "où il y a une merde qui se produit"). Et pour moi cela se passa à la frontière entre le Costa Rica et Panama...

Pour sortir du Costa Rica, pas de problème, un petit coup de tampon, aucune question posée, et hop roulez jeunesse... Par contre du coté Panaméen, ce ne fut pas du tout la même histoire....

Moi: (avec mon espagnol hésitant)
" Bonjour monsieur
[pas de réponse...]
(il feuillette mon passeport pour voir si tout est en règle et me regarde)
- Où est votre billet de retour?"
- Heu... Je n'ai pas de billet de retour, je fais un tour du monde et je compte aller en Colombie dans moins d'une semaine en bateau.
- Pas possible, vous devez avoir un billet d'avion pour retourner dans votre pays.
- Mais je n'ai pas envie de retourner en France tout de suite moi, je n'ai pas de billet d'avion!
- Donc vous ne pouvez pas passer
- Mais de toute façon, j'ai pas envie d'y rester moi dans votre pays à la c**!"
(Ok bon ça c'est ce que j'aurais aimé lui dire mais je n'ai pas osé...)

Et après 5 minutes de la même discussion où il était clair qu'il n'avait rien à faire de ce que je lui disais, il me fit signe de me mettre sur le coté pour pouvoir laisser passer les autres personnes derrière moi.
A ce moment là, je dois avouer que je commençais à stresser, il nous avait fallu 8 heures pour arriver à la frontière depuis le Costa Rica et je ne me voyais pas du tout, mais alors pas du tout, repayer la compagnie de bus et me refaire tout le trajet en sens inverse.

Panama_immigration.jpg

Regardant autour de moi et demandant aux autres touristes -qui je l’espérais, étaient dans le même cas que moi- j'appris qu'en effet, depuis quelques semaines, pour entrer au Panama, il vous faut montrer un billet de sortie du pays (bus ou avion) ainsi que prouver que vous avez au moins 500$ US sur vous... Et apparemment tout le monde était plus ou moins au courant, excepté pour l'histoire de l'argent...

"Ok bon ça ne sent pas bon tout ça..."

De plus, essayer de parler à l'agent de contrôle était comme essayer de parler à un mur, il n'avait visiblement rien à faire d'un touriste français qui ne s’était pas trop renseigné sur le passage au Panama. Le stress continuait de monter... Et pour ne rien arranger, le bus avait maintenant déchargé tous nos bagages pour que l'on puisse les faire fouiller par la douane avant de les remettre dans le bus. Et bien entendu le bus n'allait pas attendre éternellement que mes problèmes s'arrangent par miracle... Il était 8h du soir, il faisait complètement noir et l'endroit n’était clairement pas le plus sûr au monde...

Et c'est là que parlant avec un autre touriste, il me donna l’idée de trouver un cyber-café et d'essayer d'acheter un billet en ligne.

"Vous avez 15 minutes, me dit le chauffeur du bus. Après je m'en vais...
- Ok, sympa...."

Là un peu en panique je dois l'avouer, je fonçais vers l'endroit où je croyais avoir vu un cyber-café plus tôt, entrais en trombe, me connectais sur un site de voyage et décidais d'imprimer un faux itinéraire Panama-Paris (je n'allais pas acheter un vrai billet d'avion pour ne pas pouvoir me faire rembourser après...) et comme je n'avais pas 500$ sur moi bien sûr, je décidais d'imprimer la première page de mon compte bancaire en ligne, espérant que cela ferait l'affaire. Dix minutes plus tard donc, je ressortais en courant et fonçais vers le guichet où le même agent attendait...

"Hum re-bonjour, alors je sais que je viens de vous dire que je comptais faire le tour du monde, mais en fait je viens juste de changer d'avis et je rentre en France dans dix jours, voici mon billet d'avion (qui ne portait absolument pas mon nom ou de preuve que j'avais effectivement payé) et voici un relevé de banque qui prouve que j'ai assez d'argent."

Le gars me regarda bizarrement, regarda les papiers que j'avais juste imprimé (je suis sûr qu'il ne parlait ou ne lisait même pas l'anglais) et décida sans doute que j’étais un touriste qui maintenant l'ennuyait trop et me tamponna mon passeport... Yes!! Panama me voilà!

Et après avoir fait fouiller mon sac, je remontais dans le bus qui démarra 15 minutes plus tard... Bon, tout est bien qui finit bien mais quand même, il me fallu un peu de temps pour me calmer et arrêter d'insulter mentalement l'administration Panaméenne et ses agents pour mettre en place des règles à la con qui en fait ne servent strictement à rien!

Quelques 6 heures de route après, nous arrivions a Panama City...

Et l'aventure continue!

Posted by manolo84 14:08 Archived in Panama Tagged buses french immigration Comments (0)

Antigua


View Around The World on manolo84's travel map.

Après avoir passé donc 2 jours in Semuc Champey, ce qui était suffisant je pense, je décidai de continuer ma route vers le sud en direction d'Antigua, l'ancienne capitale historique du Guatemala, avant que de nombreux tremblements de terre ne décident les autorités à changer la capitale pour ce qui est maintenant Guatemala City (que je ne fis que traverser).

Antigua est apparemment très prisée des touristes, pour son architecture coloniale de style baroque et de Renaissance espagnole ainsi que pour ses ruines causées donc par les deux tremblements de terre de 1773. Pour se repérer dans la ville, c'est simple, les rues sont à angles droits et à chaque fois que vous demandez la direction pour telle ou telle endroit, les habitants se réfèrent au blocs de rues plutôt qu'à leur nom: "là vous continuez pendant deux blocs tout droit puis un bloc à gauche et vous y êtes"... Ce qui est aussi vrai pour la plupart des villes coloniales espagnoles (au Mexique aussi) construites après donc les années 1500.

Beaucoup de touristes viennent aussi à Antigua pour son atmosphère très "relax", ses nombreuses auberges de jeunesse, sa vie nocturne avec bars et clubs, ainsi que les nombreuses écoles qui proposent des cours d'espagnol à un bon prix. La ville a conservé aussi son influence Maya et on peut y trouver des magasins d'arts Maya à tous les coins de rue ou presque.

Antigua__6_.jpg

Antigua__25_.jpg

Antigua__26_.jpg

Personnellement, j'ai bien aimé la ville mais la présence de nombreux "gringos" (comprendre: anglophones ne parlant pas un mot d'espagnol et ne désirant pas faire d'efforts) fait perdre un peu de charme à la ville je trouve (encore plus que San Cristobal au Mexique) donc je n'ai pas souhaité trop m'y attarder, mais juste le temps de flâner un peu dans les rues et les marchés, prendre quelques photos, boire quelques coups avec des amis rencontrés en auberge de jeunesse et aussi en profiter pour grimper un des volcans qui entoure la ville.

Antigua__20_.jpg

Antigua__11_.jpg

Antigua__9_.jpg
Les Gens d'R à Antigua... :)

Antigua__3_.jpg

Antigua__44_.jpg
Dégustation de café Guatémaltèque

Antigua__46_.jpg
Une machine à café authentique

En effet, la ville est entourée de 3 grands volcans (ce qui rend les tremblements de terres logiques car c'est une zone sismique assez active). Le plus imposant, au sud de la ville, est le Volcán de Agua (Volcan d'Eau), dont le sommet est à 3766 mètres de haut. Quand les espagnols arrivèrent pour la première fois, les habitants de l'endroit (les Mayas Kakchikel), l'appelaient Hunapú (et certains l'appellent encore ainsi). Cependant, il devint connu comme Volcán de Agua après que de la lave provenant de du volcan enterra le deuxième site de la capitale, ce qui décida les autorités espagnoles de déplacer la capitale là où se trouve maintenant Antigua. Le site original fait maintenant place à un petit village appelé San Migual Escobar.

large_Antigua__54_.jpg

A l'ouest de la ville se trouve une autre paire de volcans, l'Acatenango, qui entra en éruption pour la dernière fois en 1972 (3976 mètres) et le Volcán de Fuego (à 3763 mètres de haut). "Fuego" est connu pour être quasi-constamment actif à un bas niveau. Des jets de vapeur et des gaz sont rejetés chaque jour, et la dernière grande éruption date de Septembre 2012.

Mais le volcan que je décidais de grimper (via un tour organisé) est le volcan Pacaya, volcan aussi toujours actif. Il entra en éruption il y a approximativement 23 000 années et entra en éruption au moins 23 fois depuis l'invasion espagnole au Guatemala. Le sommet se trouve à 2552 mètres et après s'être "endormi" pendant plus d'un siècle, il décida de se réveiller brutalement en 1965 et de fréquentes éruptions se produisent constamment depuis. La dernière grande éruption se produisit en Mai 2010, causant des pluies de cendres sur Guatemala City, Antigua et Escuintla. Personnellement je pensais que nous pourrions voir de la lave active mais cela en fait dépend vraiment des jours et le jour où nous y sommes allés, nous pouvions voir de la fumée s’échapper du volcan mais malheureusement point de lave...

Cependant notre guide avait apporté des marshmallows et nous avons pu les "rôtir" au sommet, car des poches d'air brulant s’échappent du volcan constamment. Bon, les marshmallows rôtis par un volcan, c'est pas très bon, mais c'est quand même assez cool... ;)
D'ailleurs j'avais profité de la randonnée pour prendre une petite vidéo et vous montrer en direct la vue à laquelle j'ai pu assister:

Pacaya_Volcano__2_.jpg
Notre petit groupe de randonnée

large_Pacaya_Volcano__12_.jpg
Vue panoramique des autres volcans, depuis le Pacaya

Pacaya_Volcano__15_1_.jpg
Erik, Lieke et moi-même, mes companions Antiguans

Pacaya_Volcano__37_.jpg
Un des trous sur le volcan desquels sorte constamment de la fumée

Pacaya_Volcano__38_.jpg
Un paysage lunaire....

Pacaya_Volcano__41_.jpg
Nos marshmallows rôtis!

large_Pacaya_Volcano__43_.jpg

Pacaya_Volcano__49_.jpg
Un chien, en haut d'un volcan... rien de plus normal...

Posted by manolo84 21:43 Archived in Guatemala Tagged cities volcanoes french Comments (2)

(Entries 1 - 5 of 7) Page [1] 2 » Next